Échec des cycles de FIV - Cas réels de patients

Laura Cooke explore les réussites de FIV avec le PGT-A. L’image qui l’accompagne capture un moment de triomphe alors qu’un poing de femme frappe l’air.

La fécondation in vitro (FIV) a révolutionné la médecine de la reproduction, offrant de l'espoir aux couples aux prises avec l'infertilité.

Cependant, malgré les progrès technologiques et techniques, tous les cycles de FIV n’aboutissent pas à des grossesses réussies. Pour comprendre ce problème, en examinant les facteurs qui contribuent à échec des cycles de FIV et il est essentiel d’explorer les perspectives cliniques entourant cette question complexe.

Cet article vise à fournir de vraies histoires de patients sur des échecs de cycles de FIV, mais du point de vue clinique.

Tout au long de l'article, nous verrons différents facteurs contribuant à l'échec des cycles de FIV, mais nous souhaitons garder à l'esprit la liste des plus courants :

Réponse ovarienne :
La réponse des ovaires aux médicaments de stimulation joue un rôle crucial dans le succès de la FIV. Nous explorerons comment une réponse ovarienne inadéquate ou excessive peut avoir un impact sur le résultat du cycle.

Qualité de l'embryon :
La qualité des embryons produits pendant la FIV est un déterminant essentiel du succès. Nous examinerons comment la morphologie de l'embryon, les anomalies génétiques et d'autres facteurs influencent l'implantation et les taux de grossesse ultérieurs.

Réceptivité endométriale :
La réceptivité de la muqueuse utérine à l'implantation est cruciale pour la réussite de l'implantation et du développement de l'embryon. Nous discuterons des facteurs qui peuvent affecter la réceptivité de l'endomètre, tels que les déséquilibres hormonaux ou les anomalies anatomiques.

Facteurs génétiques et chromosomiques :
Des anomalies génétiques dans les embryons ou les parents peuvent contribuer à l'échec des cycles de FIV. Nous explorerons l'impact des anomalies chromosomiques, des mutations génétiques et des tests génétiques préimplantatoires sur les résultats de la FIV.

Autres facteurs contributifs :
Nous examinerons également d'autres facteurs susceptibles d'influencer le succès de la FIV, notamment une baisse de la fertilité liée à l'âge, des facteurs liés au mode de vie, des conditions médicales sous-jacentes et des complications liées aux médicaments.

Il est important de souligner que chaque cycle de FIV échoué est unique et que les circonstances individuelles peuvent avoir un impact considérable sur les résultats. Le but de cet article n'est pas de fournir des réponses définitives, mais de favoriser une compréhension plus approfondie des différentes nuances entourant les cycles de FIV ayant échoué.

Les études de cas réels présentées ci-dessous ont été fournies par le Clinique de fertilité emBIO de Grèce. Tous les patients ont été sous la supervision du Dr Thanos Paraschos, directeur médical chez emBIO.

Échec des cycles de FIV et succès du traitement chez un patient atteint d'adénomyose diffuse

  • couple de 36 ans
  • IMC de 24
  • Diagnostic de l'adénomyose diffuse
  • Deux cycles de FIV échoués

Qu'est-ce que l'adénomyose diffuse ?
L'adénomyose diffuse est une affection dans laquelle le tissu qui tapisse l'utérus se développe dans la paroi musculaire de l'utérus, l'amenant à s'épaissir et à s'agrandir. Cela peut entraîner des menstruations douloureuses et abondantes.

Description générale de l'affaire

Cette étude de cas tourne autour d'un couple de 36 ans qui a cherché un traitement de fertilité en raison de difficultés à concevoir. La patiente a reçu un diagnostic d'adénomyose diffuse et a subi un échec d'implantation lors de précédentes tentatives de FIV. Elle avait un IMC de 24 et un antécédent de deux cycles de FIV ratés. Le partenaire masculin n'avait aucun problème d'infertilité identifié et les résultats de son test de sperme étaient normaux.

Tentatives de traitement antérieures

Lors de son précédent cycle de FIV, la patiente a subi un nouveau cycle, produisant 12 ovocytes. Deux blastocystes 4AA de bonne qualité, un frais et un congelé ont été transférés, entraînant des résultats négatifs.

Diagnostics

La patiente présentait des symptômes de dysménorrhée et d'hyperménorrhée. Les examens diagnostiques ont révélé un épaississement myométrial asymétrique prédominant dans la paroi antérieure, avec une jonction endo-myométriale mal définie, évocatrice d'une adénomyose diffuse. Le patient présentait également des taux élevés d'antigène cancéreux 125 (CA-125), indiquant un impact potentiel sur les résultats de la FIV.

Protocole de traitement

Pour relever les défis posés par l'adénomyose diffuse, un protocole de FIV segmentée a été utilisé. Ce protocole consiste à séparer les cycles de récupération des ovocytes et de transfert d'embryons, tous les embryons étant cryoconservés. De plus, un agoniste de l'hormone de libération des gonadotrophines (GnRH) a été administré pour supprimer l'adénomyose avant le transfert de remplacement d'embryon congelé (FERT).

Suppression de l'adénomyose avec un agoniste de la GnRH

Avant le cycle FERT, le patient a subi un régime de prétraitement de trois mois d'injections mensuelles d'agoniste de la GnRH (leuproréline 3.75 mg). Ce traitement a réussi à réduire les niveaux de CA-125 et à diminuer le volume de l'utérus de 20 %.

Résultats avant le transfert d'embryons

Dans le cadre du protocole antagoniste de la GnRH, le patient a reçu des injections quotidiennes de 225 UI d'hormone folliculo-stimulante (FSH). Un déclencheur agoniste de la GnRH a été administré, entraînant la récupération de 14 ovocytes. L'ICSI a été réalisée sur 11 ovocytes matures, dont 10 fécondant normalement. Cinq blastocystes (deux 4AA et trois 4BB) ont été cryoconservés.

Transfert Embryonnaire

Un seul blastocyste congelé-décongelé de qualité 4AA a été transféré au cours du cycle FERT.

Grossesse et résultat

Après le transfert d'embryon, la patiente est tombée enceinte avec un taux de gonadotrophine chorionique humaine (hCG) positif de 76. Elle a connu une grossesse sans incident et a accouché d'un enfant de sexe masculin en bonne santé par césarienne à 38 semaines de gestation. Le bébé pesait 2700 grammes et ne présentait aucune complication.

Mot de la fin

Cette étude de cas met en évidence le succès obtenu chez un patient atteint d'adénomyose diffuse à la suite d'un protocole de FIV segmentée combiné à la suppression de l'agoniste de la GnRH.

L'approche multidisciplinaire utilisée dans ce cas, impliquant une expertise en médecine de la reproduction et en gynécologie, a contribué aux résultats positifs obtenus.

Il est essentiel de noter que cette étude de cas représente un scénario clinique spécifique et que les résultats individuels peuvent varier. Le succès obtenu dans ce cas souligne l'importance d'adapter les protocoles de FIV pour relever les défis uniques auxquels chaque patient est confronté, en particulier lorsqu'il s'agit de conditions telles que l'adénomyose diffuse. D'autres recherches et explorations d'approches de traitement personnalisées sont justifiées pour améliorer les taux de réussite de la FIV dans des cas similaires.

Résultat du traitement réussi chez un patient atteint d'endométrite et d'échec d'implantation récurrent

  • Patiente de 35 ans
  • IMC – 23
  • Diagnostic de l'endométrite
  • Échec d'implantation récurrent
  • Trois cycles de FIV échoués (deux frais et un congelé)

Qu'est-ce que l'endométrite ?

L'endométrite est une affection médicale caractérisée par une inflammation ou une infection de l'endomètre, qui est la paroi interne de l'utérus. Il survient généralement après un accouchement, une fausse couche ou certaines procédures médicales impliquant l'utérus. L'inflammation peut être causée par des bactéries ou d'autres micro-organismes qui pénètrent dans l'utérus, entraînant des symptômes tels que des douleurs pelviennes, des pertes vaginales anormales et de la fièvre. Un traitement médical rapide avec des antibiotiques est nécessaire pour résoudre l'infection et prévenir les complications.

Description générale de l'affaire

Cette étude de cas se concentre sur un couple où la patiente de 35 ans avait des antécédents de trois cycles de FIV échoués (deux frais et un congelé), avec des échecs d'implantation récurrents. Elle avait un IMC de 23 et un diagnostic d'endométrite. Le partenaire masculin de 34 ans n'avait aucun problème d'infertilité identifié.

Tentatives de traitement antérieures

Les cycles de FIV précédents de la patiente ont entraîné le transfert de trois blastocystes parfaits (4AA), qui n'ont tous pas réussi à s'implanter. Aucun problème de réserve ovarienne ou de sperme n'a été détecté et l'hystérosalpingogramme (HSG) semblait normal. Le patient avait encore un blastocyste 4BB congelé restant.

Diagnostics

Pour étudier les causes de l'infertilité et de l'échec récurrent de l'implantation, une hystéroscopie diagnostique et une biopsie de l'endomètre ont été réalisées. Des micropolypes ont été observés au cours de l'hystéroscopie, indiquant une endométrite chronique. La biopsie de l'endomètre a révélé la présence de plasmocytes et l'échantillon a été testé positif au CD138. Une endométrite chronique a été diagnostiquée.

La patiente ne présentait aucun symptôme particulier et une simple culture des sécrétions vaginales et cervicales était négative. Cependant, le test ALICE (Analyse de l'endométrite chronique infectieuse) a été utilisé pour détecter les bactéries spécifiques responsables de l'endométrite. La technologie de séquençage de nouvelle génération (NGS) a identifié l'ADN de Streptococcus en quantité significative dans l'échantillon d'endomètre.

Protocole de traitement :

Une antibiothérapie ciblée par amoxicilline/acide clavulanique (500-125 mg/8 h pendant 7 jours) suivie d'un traitement probiotique a été recommandée. L'endométrite chronique, une infection de l'endomètre, peut avoir un impact négatif sur l'implantation de l'embryon et entraîner un échec de l'implantation. Après un traitement antibiotique ciblé réussi, le blastocyste 4BB congelé restant a été transféré.

Résultats avant le transfert d'embryons

Un blastocyste 4BB décongelé unique a été transféré au cours d'un cycle de transfert d'embryons congelés naturels.

Transfert d'embryon:

Le transfert d'embryon a eu lieu après que le couple se soit renseigné auprès de la clinique. Le blastocyste 4BB décongelé a été transféré.

Grossesse et résultat :

Après le transfert d'embryon, une grossesse unique a été confirmée, avec un taux positif de gonadotrophine chorionique humaine (hCG) de 92. La patiente a ensuite accouché d'un bébé en bonne santé par accouchement normal à 39 semaines et 2 jours de gestation.

Mot de la fin

Cette étude de cas met en évidence le succès du traitement chez une patiente atteinte d'endométrite et d'échec d'implantation récurrent. Grâce à une antibiothérapie ciblée, l'infection bactérienne spécifique à l'origine de l'endométrite a été identifiée et traitée efficacement, ce qui a conduit à une grossesse réussie et à une naissance vivante. L'expertise et les connaissances du médecin traitant ont joué un rôle crucial dans le diagnostic et la prise en charge de ce cas.

Il est important de noter que chaque cas d'infertilité est unique et que les résultats individuels peuvent varier. Le succès obtenu dans ce cas souligne l'importance d'un diagnostic précis et d'approches thérapeutiques adaptées pour traiter les facteurs sous-jacents qui contribuent à l'échec de l'implantation. Des recherches plus poussées et des progrès dans les techniques de diagnostic et les thérapies ciblées sont essentiels pour optimiser les taux de réussite de la FIV chez les patients présentant des conditions similaires.

Résultat du traitement réussi chez une patiente présentant des ovaires polykystiques et une mauvaise qualité des ovules

  • Patiente de 37 ans
  • Partenaire masculin – 42 ans
  • IMC – 26
  • Ovaires polykystiques et mauvaise qualité des ovules et des embryons
  • Deux cycles de FIV échoués

Qu'est-ce que le PCO ?

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est un trouble hormonal qui affecte les femmes en âge de procréer. Elle se caractérise par la présence de multiples petits kystes (sacs remplis de liquide) sur les ovaires, ainsi que par des déséquilibres hormonaux.
Dans le SOPK, les ovaires peuvent produire des taux d'androgènes (hormones mâles) supérieurs à la normale, entraînant divers symptômes et problèmes de reproduction. Certains signes et symptômes courants du SOPK comprennent des menstruations irrégulières ou absentes, une croissance excessive des cheveux (hirsutisme), de l'acné, une prise de poids et des difficultés à tomber enceinte.

Description générale de l'affaire :

Cette étude de cas se concentre sur une patiente de 37 ans qui a rencontré des difficultés à concevoir en raison d'ovaires polykystiques et d'une mauvaise qualité des ovules et des embryons. Son IMC était de 26 et elle avait des antécédents de deux cycles de FIV ratés. Le partenaire masculin, âgé de 42 ans, n'avait aucun problème d'infertilité identifié.

Tentatives de traitement précédentes :

La patiente a subi deux cycles de FIV. Au cours du premier cycle à l'âge de 35 ans, elle a eu 28 œufs récupérés, et au cours du deuxième cycle à l'âge de 36 ans, elle a eu 25 œufs récupérés. Les deux cycles ont utilisé le protocole long agoniste avec 225 UI de FSH recombinante. Un déclencheur HCG a été utilisé dans les deux cycles.

Malheureusement, la plupart des œufs étaient immatures et de mauvaise qualité, avec seulement quatre œufs matures et deux embryons de mauvaise qualité au jour 3 produits. La patiente a présenté un syndrome d'hyperstimulation ovarienne (SHO) au cours des deux cycles.

Diagnostics

La femme a été diagnostiquée avec des ovaires polykystiques, qui ont été identifiés par échographie. De plus, elle avait des niveaux élevés d'hormone anti-müllérienne (AMH) (6 ng/mL) et un nombre élevé de follicules antraux (40 follicules antraux).

Protocole de traitement

Un protocole modifié du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) a été utilisé pour le traitement. Le protocole impliquait l'utilisation d'un déclencheur agoniste de la GnRH et la dose la plus faible possible de gonadotrophines pour minimiser le risque de SHO.

Un protocole antagoniste (Cetrorelix) avec une dose minimale de 150 UI de FSH recombinante a été utilisé. La maturation finale des ovocytes a été déclenchée à l'aide d'un agoniste de la GnRH (acétate de leuprolide 2 mg) 36 heures avant le prélèvement des ovules.

Le déclencheur HCG a été évité pour réduire le risque de SHO. Le protocole a suivi une approche "Freeze All", cryoconservant tous les embryons pour un transfert futur dans des cycles naturels. Cette approche visait à collecter des ovocytes matures et de meilleure qualité, entraînant une amélioration de la qualité des blastocystes et réduisant le risque de SHO.

Résultats avant le transfert d'embryons

Le patient a présenté une réponse adéquate au déclenchement de l'agoniste de la GnRH sans avoir besoin de redéclencher. Seize œufs ont été collectés, dont 14 étant matures (MII). Treize embryons ont été produits et six blastocystes (trois 4AA, un 5AA, deux 4BB) ont été cryoconservés pour une utilisation future. Le SHO a été prévenu avec succès.

Transfert Embryonnaire

Deux mois plus tard, un blastocyste congelé de qualité 4AA a été transféré.

Grossesse et résultat

Une grossesse unique a été confirmée avec un taux de HCG positif de 202. La patiente a accouché d'un bébé en bonne santé à 38 semaines et 3 jours de gestation par accouchement normal.

Mot de la fin:

Cette étude de cas met en évidence le succès du traitement chez une patiente présentant des ovaires polykystiques et des ovules de mauvaise qualité. L'utilisation d'un protocole SOPK modifié, comprenant un déclencheur agoniste de la GnRH et des gonadotrophines à faible dose, a entraîné une amélioration de la qualité des ovocytes et des embryons. L'approche « Freeze All » a réduit le risque de SHO et a permis de sélectionner un environnement endométrial favorable au transfert d'embryons. L'expertise du médecin traitant dans la prise en charge du SOPK et l'optimisation des protocoles de traitement a joué un rôle crucial dans la réussite d'une grossesse et d'une naissance vivante.

Il est important de noter que chaque cas d'infertilité est unique et que les résultats individuels peuvent varier. Le succès obtenu dans ce cas met en évidence l'importance des approches de traitement sur mesure et des protocoles individualisés pour répondre aux besoins et aux défis spécifiques des patients. Le médecin à l'origine du traitement dans ce cas possède une expertise dans la prise en charge des patientes atteintes d'ovaires polykystiques et dans l'optimisation des protocoles de traitement afin de maximiser les taux de réussite.
Après le traitement, la patiente a eu un test de grossesse positif avec un taux de HCG de 202, indiquant une grossesse viable. La patiente a mené avec succès la grossesse à terme, accouchant d'un bébé en bonne santé à 38 semaines et 3 jours par le biais d'un accouchement normal.

Ce cas démontre l'importance de soins personnalisés et d'une approche globale pour résoudre les problèmes d'infertilité liés aux ovaires polykystiques et à la mauvaise qualité des ovules. En modifiant le protocole de traitement et en employant des stratégies pour améliorer la qualité des ovocytes et des embryons, les chances d'une grossesse réussie ont été considérablement améliorées.

Histoires de réussite de FIV - cycles de FIV ratés - réflexions finales

Il est essentiel de noter que le succès de tout traitement de fertilité dépend de divers facteurs, dont les circonstances spécifiques de chaque patiente. L’expertise de l’équipe médicale, un diagnostic approprié et des plans de traitement sur mesure contribuent tous à augmenter les chances d’un résultat positif. Compréhension que faire après un échec de FIV le traitement est crucial pour les personnes confrontées à des problèmes de fertilité.

Veuillez noter :
Les études de cas présentées ci-dessus sont à titre informatif uniquement et ne doivent pas remplacer un avis médical professionnel. Les taux de réussite et les résultats mentionnés ici sont spécifiques à ce cas et peuvent ne pas refléter les résultats de chaque individu subissant un traitement similaire.

Contactez directement le centre médical emBIO si vous avez des questions en utilisant le formulaire ci-dessous.
La clinique vous contactera dans les plus brefs délais.

    * Commencez à taper votre pays pour afficher la liste

    *Inclure le code du pays, par exemple +44

    *Les informations sur votre âge peuvent être très importantes pour la clinique

    Veuillez décrire votre situation, vos attentes et vos questions


    Photo de l'équipe éditoriale
    Équipe éditoriale
    Fertility Road vise à informer et inspirer de manière honnête, directe et empathique. Nos rédacteurs experts du monde entier décomposent la science et fournissent des informations pertinentes et à jour sur tout ce qui concerne la FIV.

    Articles connexes

    Combien coûte la FIV en Europe ?
    Calculateur de coûts FIV-ICSI
    Calculez le coût total du traitement de FIV dans les destinations populaires en Europe !
    Obtenez un devis personnalisé des cliniques de FIV les plus fréquemment choisies à l'étranger.