Premier magazine FIV
15 articles sur la FIV par les meilleurs experts de la FIV dans le monde !
Télécharger votre copie gratuite maintenant !

Le couple canadien Stéphanie et Joël se préparent pour la FIV à l'UR Vistahermosa en Espagne

Rencontrons Stéphanie et Joël – un couple du Canada sélectionné par UR Vistahermosa pour participer au projet 2022 Fertility Journeys.


Mis à jour le 19 octobre 2022

Depuis la dernière conversation de Fertility Road avec Stéphanie et Joël, il y a eu de grands pas en avant dans le parcours de fertilité du couple avec la clinique espagnole UR Vistahermosa.

Depuis que le médecin a augmenté les médicaments à base d'œstrogène de Stéphanie, sa muqueuse utérine s'est épaissie à 8.5 mm, ce qui signifie qu'elle est maintenant prête pour le transfert.

La donneuse d'ovules du couple a subi une collecte d'ovules vendredi 14 octobre, ce qui a donné huit ovules matures, dont six ont été fécondés avec succès. Stéphanie a commencé une cure de pessaires vaginaux à la progestérone, à raison de 800 mg par jour, pour préparer son corps au transfert d'embryons, prévu pour demain matin (mercredi 19 octobre).

Stéphanie et Joël ont accueilli la nouvelle de la fécondation avec un optimisme prudent.

Stéphanie explique : « Nous étions excités, mais nous ne voulons pas trop nous exciter car d'après mon expérience précédente, nous savons que parfois le nombre d'embryons ou de blastocystes obtenus est parfois inférieur au nombre d'ovules fécondés.
«Nous espérons cependant, étant donné qu'elle est considérablement plus jeune que moi, que nous aurons au moins plusieurs embryons de bonne qualité. Je suppose que nous saurons demain combien d'embryons de bonne qualité nous avons. Et évidemment on espère que le transfert se passera bien.

Une fois de plus, le couple ne tarit pas d'éloges sur leur médecin et l'équipe de l'UR Vistahermosa.

Stéphanie a déclaré : « C'est une excellente médecin. Elle est très attentionnée, elle est chaleureuse, elle est réconfortante.
Parfois, les médecins de la fertilité sont plus méthodiques. Mais elle était très humaine et nous nous sentons bien avec elle.
"Lors de l'échographie, le médecin a mentionné que mon endomètre avait une très bonne forme et nous a montré l'écran de l'échographie pour expliquer ce qu'elle voulait dire.

Stéphanie a ajouté : « Nous sommes nerveux mais aussi pleins d'espoir et comme nous l'avons dit, nous nous sentons bien d'être pris en charge par UR Vistahermosa. Nous avons donc une bonne idée de l'ensemble du processus.

Joël a ajouté : « Sur la base de nos expériences précédentes, nous sommes nerveux et nous espérons juste que ce sera positif.


Mis à jour le 10 octobre 2022

Stéphanie et Joël sont retournés à l'UR Vistahermosa lundi 10 octobre où les médecins ont mesuré la muqueuse endométriale de Stéphanie.

Elle a dit : « Je n'en suis pas encore là. C'est 6.5 millimètres et je crois qu'ils veulent que ce soit au moins 7.5 à XNUMX millimètres.
«Nous avons eu des nouvelles de la donneuse et elle (la collecte des ovules) aura lieu à la fin de cette semaine, comme jeudi, vendredi ou samedi. Donc ça me donne encore jusqu'à jeudi pour faire ma doublure là-dessus.

Les médecins augmentent la dose d'œstrogène de Stéphanie à 10 milligrammes par jour pour faciliter le processus.

Bien que Stéphanie se demande si sa doublure atteindra l'épaisseur requise d'ici jeudi, elle a été rassurée par le médecin de l'UR Vistahermosa que tout progresse comme il se doit.

Stéphanie a déclaré : « J'étais un peu inquiète et je leur ai demandé ce qui se passerait si je n'y arrivais pas jeudi. Et le médecin m'a rassuré en disant 'Je ne suis pas trop inquiet que tu sois là où tu dois être'.
"Alors que Marta était là en tant que traductrice et qu'elle a dit, eh bien, dans le pire des cas, nous congelerons les embryons.

« Ça va quand même, tout comme on a fait toute la synchronisation pour peut-être rien, mais ce ne serait pas la fin du monde en termes de résultats. "J'aime toujours connaître le pire scénario juste pour être préparé mentalement."

Joël a déclaré : « Je n'ai pas grand chose à faire mais je suis content que ça se soit bien passé.

"Le médecin était vraiment gentil et elle semblait positive, il n'y avait rien de trop alarmant ou quoi que ce soit. Ils pensent donc que nous sommes sur la bonne voie. Et tout ira bien. »

Le couple sera de retour à la clinique jeudi. La collecte des ovules de la donneuse doit avoir lieu plus tard cette semaine.


Mis à jour le 3 octobre 2022

Un vol de six heures de Montréal vers les climats plus ensoleillés d'Alicante a été la première étape du voyage de Stéphanie Gagnon et Joël Nadeau avec UR Vistahermosa.

Toujours légèrement en décalage horaire, le couple a pris son premier rendez-vous en personne à la clinique espagnole de fertilité UR Vistahermosa, mardi 27 septembre.

"Nous avons vu le médecin qui a fait une échographie juste pour voir qu'il n'y avait pas de problème physique avec mon utérus et que la muqueuse était normale. Tout semblait ne présenter aucune anomalie. Ils voulaient le feu vert pour lancer le processus.

Avec l'aide de Marta, la directrice du service international, le médecin a discuté avec le couple de tous les médicaments que Stéphanie devrait prendre avant son transfert d'embryon à l'aide d'un ovule de donneur.

Le couple canadien Stéphanie et Joël se préparent pour la FIV à l'UR Vistahermosa en Espagne

Stéphanie a dit : "Pour la première série de médicaments, l'œstrogène que je dois prendre dès que j'ai mes règles est de 12 semaines. Je prends aussi un anticoagulant car avec les oestrogènes il y a plus de risque de thrombose. Ce sont donc les injections que Joël va me faire et l'infirmière nous a en fait montré comment faire les injections. Les injections durent également un certain temps, environ 12 semaines aussi. Et enfin, nous sommes également sous prednisolone, qui consiste essentiellement à supprimer votre système immunitaire, d'après ce que je comprends.

"Depuis que j'ai fait des fausses couches, je pense que c'est aussi préventif parce que nous ne connaissons pas la cause exacte de mes fausses couches, mais la supposition éclairée est à cause de la qualité de mes ovules, mais qui sait, cela pourrait être à cause de mon système immunitaire."

Stéphanie et Joël ont lutté contre l'infertilité et Stéphanie a subi deux fausses couches avant de commencer à explorer le traitement de la fertilité dans leur Canada natal.

Elle explique : « Nous avons commencé à suivre un traitement de fertilité et au milieu des tests que nous faisions, je suis tombée enceinte. C'était donc une bonne nouvelle car je n'avais finalement pas besoin de traitements de fertilité.
«Mais nous essayions depuis deux ans. Nous étions à ce point où nous nous demandions s'il y avait quelque chose qui n'allait pas, surtout avec les fausses couches, mais depuis que je suis finalement tombée enceinte naturellement, nous avons pensé que c'était tout.

Stéphanie a donné naissance à leur fils bien-aimé Tristan, affectueusement surnommé Peanut, en septembre 2021. Malheureusement, un mois plus tard, Tristan a reçu un diagnostic d'une forme rare et incurable d'épilepsie sévère appelée encéphalopathie épileptique infantile précoce. Malheureusement, Tristan est décédé en janvier de cette année.

Stéphanie a poursuivi : « J'ai fait une autre fausse couche après Tristan, puis nous avons décidé de faire une FIV et nous n'avons pas obtenu d'embryons de bonne qualité à partir de ce cycle.
"Donc, c'était vraiment dur pour moi, pas tellement physiquement mais émotionnellement parce que quand vous prenez toutes ces hormones, le crash hormonal après a été très difficile surtout que, alors que je suis encore en deuil aujourd'hui, je pleurais beaucoup plus à l'époque .”

Le traitement a donné 10 œufs, mais seulement trois fécondés. Deux d'entre eux ont atteint le blastocyste au cinquième jour, mais ont régressé au sixième jour.

C'est à ce stade que le médecin de retour au Canada s'est inquiété de la qualité des ovules de Stéphanie.

Stéphanie a déclaré: «Il est comme« vous pourriez essayer encore et encore, mais il y a de fortes chances que vos œufs soient le problème ».
"Je ne voulais pas vraiment entreprendre plus de stimulation ovarienne sachant que les chances d'avoir de bons ovules étaient si faibles, c'est pourquoi nous n'avons fait qu'un seul cycle de FIV."

Le couple a été soudainement confronté à une nouvelle réalité, à savoir qu'il aurait probablement besoin d'une donneuse d'ovules pour concevoir.

Stéphanie a déclaré: "Moi et Joël avons eu des réactions très différentes à ce sujet. J'étais en fait très ouverte à cela, simplement parce que j'étais à un stade où j'étais sûre de ne plus vouloir essayer la FIV avec mes ovules, car c'était vraiment difficile. Et, je voulais juste un bébé en bonne santé, surtout avec ce qui s'est passé avec Tristan.

Joël a ajouté : « C'était juste la nouvelle abrupte que tout d'un coup, les œufs ne sont pas bons.
"Il m'a peut-être fallu plus de temps pour traiter cette information pour réaliser que c'était ce virage ou ce changement rapide."

Il a ajouté: «Ce n'est pas la partie ADN. Je n'ai jamais pensé "Je suis tellement génial que mon ADN doit être transmis". Je pense que nous accordons beaucoup d'importance, dans de nombreuses cultures, à « ma » lignée. Mais à la fin de la journée, nous sommes tous pareils.

Stéphanie, 38 ans, a déclaré : "J'espère que tout va bien avec la donneuse, cela dépend beaucoup du succès de sa stimulation."

"Je suis un peu stressé par le transfert car, vous savez, nous avons de grandes attentes car ce sont des œufs d'un joueur de 23 ans, mais je suis prêt à ce que le premier transfert ne réussisse pas.

"Ce n'est pas garanti, ce n'est pas à 100%, donc je suis aussi mentalement prêt à devoir revenir pour un deuxième transfert si besoin est. Mais en même temps, nous espérons que cela fonctionnera du premier coup. « Nous avons un bon feeling. J'ai eu de bonnes sensations dès le premier jour.

Le couple dit avoir confiance en leur clinique UR Vistahermosa. Joël, 40 ans, ajoute : « On sent qu'ils se prennent en main et qu'ils prennent soin de nous.

Stéphanie a ajouté : « Je me sens en confiance et l'UR Vistahermosa était très bien organisée. Nous sommes allés dans une clinique de fertilité "de premier plan" au Canada et ce n'était pas aussi organisé.

« Même les médicaments qu'ils nous ont donnés, puisque c'est un hôpital, nous pouvions obtenir les médicaments de leur propre pharmacie. C'est donc très pratique.

Le 4 octobre, l'UR Vistahermosa prélèvera un échantillon de sperme de Joël pour le tester. Cela peut également être utilisé comme un "plan B" si Joël est malade ou subitement incapable de se rendre à la clinique le jour où les ovules doivent être fécondés. Stéphanie a subi un certain nombre de tests invasifs au Canada qui n'ont pas besoin d'être répétés.

Le prochain rendez-vous du couple à l'UR Vistahermosa est le 10 octobre, lorsque le médecin vérifiera l'épaisseur de la muqueuse endométriale de Stéphanie et ajustera sa médication d'œstrogène en conséquence.

Si tout se passe bien, le transfert d'embryon devrait avoir lieu à la mi-octobre avant
Stéphanie et Joël rentrent chez eux.

Laura Cooke
Laura Cooke
Laura est une journaliste indépendante spécialisée dans la rédaction d'articles sur la fertilité, le don d'ovules et de sperme et la FIV. Elle a déjà écrit sur le sujet pour des publications telles que Men's Health UK et Stylist.

Articles connexes

MAGAZINE FIV GRATUIT
15 articles sur le traitement de FIV par les meilleurs experts en FIV du monde !