Nous avons découvert que nous ne pouvions pas concevoir naturellement, nous avons donc décidé de nous engager sur la voie de la FIV. J'ai eu 9 cycles de FIV, dont l'un m'a mis à l'hôpital, avec un léger cas d'hyper stimulation. C'est alors que j'ai décidé de faire un peu de recherche sur Internet, sur l'échec de l'implantation. Ce faisant, j'ai trouvé une clinique à Londres qui semblait spécialisée dans ce domaine, l'immunothérapie (car mon système immunitaire était trop élevé), j'ai donc eu une consultation téléphonique. Le consultant était si positif qu'il pouvait aider, nous avons décidé que nous devions y aller. Mon mari et moi approchions rapidement de la quarantaine, cela allait être notre dernier essai, nous avons donc dû tout jeter.

Le 10e tour a commencé. Il comprenait beaucoup de médicaments, des infusions et des allers-retours à Londres. Nous avons travaillé avec cette clinique à Londres aux côtés de notre clinique au Pays de Galles. Nous avons également eu notre embryons testé pour en déterminer la qualité. Il y en avait 4, et pendant ce processus 1 est décédé, 2 étaient anormaux et ils n'ont pas pu obtenir de lecture le 4. Nous avons décidé de le remettre à cause de toute l'immunothérapie que j'avais eue. Ce fut une période tendue d'attente pour faire le test de grossesse.

J'ai commencé à saigner une demi-journée avant de faire le test. Un voyage à la clinique pour avoir encore plus d'injections. Mais c'était positif. 1 mois plus tard et de nombreuses injections et comprimés, ma fille est née.

Quelques années plus tard, nous avons décidé d'utiliser notre dernier embryon congelé, en n'utilisant que certains des médicaments que nous avions utilisés pour mes filles, dans l'espoir de lui donner un frère. Un test de grossesse positif! Wow, nous ne pouvions pas être aussi chanceux, n'est-ce pas?

Vous l'avez deviné, non, nous ne pouvions pas. J'ai perdu mon bébé à peine 12 semaines. Une semaine plus tard, non seulement je pleurais, mais je souffrais d'une hémorragie presque mortelle.

Bleu allumé pour resus dans un hôpital, quelques transfusions, pour me rendre suffisamment stable pour être éclairé en bleu dans un autre hôpital.

Quelques mois plus tard, il était évident que je ne m'en sortais pas très bien et j'ai commencé à souffrir de crises de panique, accompagnées d'hyper vigilance. Je m'arrange pour parler à une sage-femme endeuillée, qui était ma sauveuse. Elle a indiqué que j'avais besoin d'un traitement contre le TSPT, ce qui m'a beaucoup aidé. Finalement, mes rencontres avec elle ont diminué, à mesure que je m'améliorais. L'anxiété s'était apaisée.

Malheureusement, en avril de l'année dernière, les crises d'angoisse et de panique ont de nouveau éveillé la tête. Cela a déclenché mon IBS, et l'anxiété et les paniques ont échappé à tout contrôle. L'année dernière, août a été la dernière goutte. Je crois qu'en regardant en arrière maintenant, j'ai eu une panne. Les attaques déclenchaient mon IBS, et j'avais une diarrhée constante et j'étais totalement convaincu et inquiet de mourir. Ce week-end, j'ai perdu une demi-pierre. Cela avait maintenant un impact sur ma fille. Elle m'a même demandé d'arrêter de pleurer alors que je la bouleversais. Mon réveil !! Encore une fois, j'avais besoin d'aide. Je suis allé voir mon médecin généraliste, qui a effectué une série de tests, m'a prescrit des médicaments pour soulager l'anxiété et le SCI. Les tests sont revenus, j'étais l'image de la santé, donc c'était mon esprit.

Une fois de plus, j'ai demandé l'aide d'un thérapeute du SSPT, me demandant après tout ce temps, si je souffrais à nouveau. Et bien sûr, je l'étais. Presque mourir avec l'hémorragie a déclenché une réelle peur que ma famille et moi ne mourions et que je ne puisse pas l'empêcher. Parallèlement à cela, j'ai associé le bruit de la diarrhée à la perte de sang que j'ai eue avec l'hémorragie. Nous avons abordé ces questions au cours d'une ou deux séances, et jusqu'ici tout va bien. Je me réveille toujours au milieu de la nuit avec des crises d'anxiété, mais j'ai appris à travailler avec eux et à respirer et ils semblent s'être affaiblis et ne durent pas aussi longtemps.

La raison pour laquelle j'ai commencé mon blog est parce que l'un des conseils que mon consultant m'a donné était de parler à quelqu'un qui a subi une FIV, parce que vous ne savez vraiment pas à quoi cela ressemble à moins d'y être allé.

Je veux montrer aux gens que c'est possible, mais c'est difficile. Je veux être en mesure de soutenir les gens et de fournir des conseils, à partir de mon expérience personnelle, et de décomposer l'existant tabou d'avoir besoin d'aide pour concevoir. Si je peux aider une seule personne, j'aurai accompli ce que je voulais faire. Si j'aide plus, je serais ravi!

Mon blog se trouve à: http://theinfertilitybubble.wordpress.com

Je suis aussi sur Instagram: the.infertilitybubbleBoth de ceux-ci sont encore assez connus, et je trouve mon chemin.

Je cherche aussi à m'impliquer dans des groupes de soutien à la fertilité.

Je suis très passionné par cela, car j'aurais souhaité être un peu plus préparé à entrer en FIV par des personnes qui l'ont vécu, et je pourrais donner un compte rendu personnel sur la façon dont le ressenti s'est exactement produit, les émotions et la tension qu'il peut provoquer. .

Avez-vous une histoire à partager? Si c'est le cas, veuillez nous contacter via notre page contact.